Prochaine et dernière séance: jeudi 20 juin

Bonjour à toutes et tous,

Nous vous invitons à la dernière séance du séminaire “Mémoires des sciences, traces du développement” le jeudi 20 juin de 13h à 15h au CEMAf, 9 rue Malher, en salle 309, au 3e étage – pour les habitués : attention au changement de salle.

Nous aurons le plaisir d’écouter Stephan Miescher de l’Université de Californie, Santa Barbara, qui présentera un exposé intitulé : “The Akosombo Dam and the “Dream” of Development in Ghana”.

Vous trouverez ci-dessous une présentation de son intervention et quelques indications sur ses travaux, et ci-joint un texte récemment publié et un autre à paraître sur ce sujet.

En espérant vous y retrouver,

Guillaume et Aïssatou

 

—————————–

“The Akosombo Dam and the “Dream” of Development in Ghana”

This paper explores the elaborate dream imagery in relation to the Volta River Project and the hydroelectric Akosombo Dam, Ghana’s largest development project. In the 1950s, the country’s founding leader Kwame Nkrumah spoke in terms of a dream that would transform and modernize the soon-to-be independent nation, when promoting the Volta River Project towards the Ghanaian public and potential international sponsors. In the early 1960s, as the Akosombo Dam and the VALCO aluminum smelter, the project’s main beneficiary, were being constructed, domestic and foreign observers complimented Nkrumah for fulfilling his dream. In the aftermath of Nkrumah’s fall, despite a barrage of critiques about his regime, modernization associated with Akosombo did not lose its luster. Neither broken promises such as the absence of rapid electrification, nor the droughts, which caused rolling black-outs and blemished Akosombo’s reputation as a reliable source of power, eliminated this dream of modernization. By 2011, during the 50th anniversary celebration of the Volta River Authority, the state agency that built and operated Akosombo, Nkrumah’s dream was again evoked. VRA Board President Akilagpa Sawyerr, once a harsh critic of the Master Agreement between Ghana and VALCO, reminded his audience of the founding dream. The paper, based on extensive archival and oral research, seeks to investigate the contexts, meanings, and legacies of Akosombo’s dream imagery over the last sixty years as an entry into reconstructing the history of development in Ghana.

 

Stephan Miescher est historien (University of California, Santa Barbara), spécialiste du Ghana. Il a largement contribué au renouvellement des approches du genre et des masculinités en Afrique (Making Men in Ghana, Indiana UP, 2005 ; Men and Masculinities in Modern Africa, codirigé avec Lisa Lindsay, Heinemann, 2003). Il a également proposé des réflexions originales sur l’usage des récits de vie et des archives personnelles pour l’histoire africaine (African Words, African Voices: Critical Practices in Oral History, codirigé avec Luise White et David William Cohen, Indiana UP, 2001). Son travail actuel porte sur le barrage d’Akosombo, projet de développement phare du Ghana postcolonial, lancé par Nkrumah en 1966, dont l’histoire permet d’explorer, entre autres, la question des promesses de la modernité.

Posted in Actualités / News, Non classé | Leave a comment

Prochaine séance le 30 mai

La prochaine séance du séminaire Mémoires des sciences, traces du développement en Afrique aura lieu le jeudi 30 mai à 13h, au Cemaf, Salle Person.

Nancy Rose Hunt, professeure d’histoire à l’University of Michigan (Ann Arbor)

Espace, temporalité, et rêverie: Méthode historique et histoire médicale au Congo belge

Nous ferons circuler un texte lié à son intervention (n’hésitez à me le demander par mail: lachenal@univ-paris-diderot.fr).

Nancy Rose Hunt travaille à la croisée de l’histoire et de l’anthropologie. Ses recherches portent sur l’histoire du genre, de la médecine et du colonialisme en Afrique centrale. Elle a développé une approche théorique et empirique très originale, centrée sur les objets matériels, la culture visuelle et le corps.  Son livre A Colonial Lexicon: Of Birth Work, Medicalization, and Mobility (Duke University Press, 1999), a reçu le Herskovits Book Prize en 2000.  Pour en savoir plus.

En espérant vous y retrouver,

Guillaume & Aissatou

Posted in Non classé | Leave a comment

Prochaine séance le 11 avril

La prochaine séance du séminaire Mémoires des sciences, traces du développement en Afrique aura lieu le jeudi 11 avril à 13h, au Cemaf, Salle Person.

 Céline Pessis, Centre Alexandre Koyré (EHESS) présentera ses recherches sur la modernisation agricole et ses traces en Afrique de l’Ouest.

La machine au secours de l’Empire colonial ? La mécanisation de l’agriculture et ses « détracteurs » en Afrique tropicale française

En espérant vous y retrouver,

Guillaume & Aissatou

Posted in Non classé | Leave a comment

MEREAF à la radio le 22 février (Aligre FM 93.1)

Invité à l’émission Recherches en cours animée par Jean-Marc Galan, Guillaume Lachenal raconte l’histoire du Vanhivax, un vaccin camerounais contre le Sida – l’histoire d’une promesse envolée.

Pour podcaster l’émission, c’est ici.

Posted in Non classé | Leave a comment

Prochaine séance le 7 février

Bonjour à tous et à toutes,

La prochaine séance du séminaire Mémoires des sciences, traces du développement en Afrique aura lieu le jeudi 7 février de 13h à 15h, au Cemaf, Salle Person.
Nous écouterons:

Nicolas Argenti (Brunel University): Crisis and famine in Greece: sovereign debt, political violence and social memory in Chios

La présentation aura lieu en français.

Nicolas Argenti est anthropologue. Ses recherches portent sur les questions des rapports entre mémoire, corps et violence. Il a notamment publié en 2007 un travail ethnographique sur la danse et les mascarades comme forme de mémoire sociale dans les Grassfields camerounais, The Intestines of the State: Youth, Violence and Belated Histories in the Cameroon Grassfields (University of Chicago Press, 2007). Il a aussi co-dirigé avec Katharina Schramm l’ouvrage Remembering Violence: Anthropological Perspectives on Intergenerational Transmission (Berghahn, 2010). Sa présentation portera sur son nouveau projet sur la mémoire du massacre de l’île de Chios.

En espérant vous voir à cette occasion,

Guillaume Lachenal & Aissatou Mbodj-Pouye

Posted in Non classé | Leave a comment

Pornographie des ruines à Kinshasa

A suivre sur le blog Somatosphere. Science, medicine, anthropology.

Un petit texte qui retrace l’histoire de la photo qui a servi d’affiche au séminaire, la ruine de l’Institut d’Enseignement Médical de Kinshasa.

Dans le cadre d’une série éditée par l’équipe du projet MEREAF “Archeologies of past futures, or fieldwork by fragments”.

A voir et à faire circuler

Guillaume Lachenal

Posted in Actualités / News | Leave a comment

Prochaine séance le 17 janvier

Bonjour à tous et à toutes,

La prochaine séance du séminaire Mémoires des sciences, traces du développement en Afrique aura lieu le jeudi 17 janvier de 13h à 17h, au Cemaf, Salle Person.
Nous écouterons successivement:

Gabrielle Hecht (University of Michigan, professeure invitée à Sciences Po): Les déchets contre-attaquent: ruines invisibles et excès radioactifs en Afrique

Et

Jean Schmitz (Centre d’Etudes Africaines, IRD-EHESS): Autobiographie de la vallée du fleuve Sénégal : du “laboratoire du développement” à l’exclusion foncière des groupes subordonnés

En espérant vous y retrouver,

Guillaume Lachenal & Aissatou Mbodj-Pouye

Posted in Actualités / News | Leave a comment

Journée scientifique liée au projet MEREAF – 5 décembre – Dakar

La recherche au service du projet national ?
Histoire des sciences et de la santé au Sénégal et en Afrique, années 1960‐1970
Mercredi 5 décembre, Campus UCAD‐IRD de Hann, Dakar, Sénégal

Quels furent les rapports entre la recherche scientifique et le projet national –celui de construire un avenir collectif et souverain calqué sur l’unité sociale, politique et territoriale de la Nation— dans les décennies suivant les indépendances en Afrique ? Les années 1960 et 1970 évoquent souvent une relation intime entre science, État et développement national. Mais quelles ont été les modalités précises sous‐tendant la construction de cette relation ? Y a‐t‐il eu des débats et incertitudes concernant l’organisation, les méthodes et les objectifs scientifiques d’une recherche au service du
projet national ? La notion de territoire, de gouvernement et d’avenir ‘national’ fut‐elle parfois ambigüe, démultipliée ou contradictoire au sein de débats sur les pratiques et politiques de la recherche ? Voici les questions que nous nous proposons d’explorer et de discuter au sein de cet atelier, dont l’objectif est d’élaborer une vision historique plus précise et détaillée de l’histoire des sciences pendant cette période ainsi que d’ouvrir le débat sur les enjeux sociaux et politiques des savoirs et de leur construction en Afrique.
Organisation de la journée
9h30 Ouverture de la journée d’étude
10h00 Session I. De Niakhar à la nation
11h30 Pause
12h00 Session II. Passés et avenirs de la recherche en santé
13h30 Déjeuner
15h00 Session III. Le national, l’africanisation et la collaboration
16h30 Table‐ronde de clôture.

Avec des contributions de : Mamadou Badji, Charles Becker, Anne‐Marie Moulin, Samba Cor Sarr, Guillaume Lachenal, Jean‐Marie Milleliri, Branwyn Poleykett, (liste non exhaustive)
Journée organisée par Anthropologies of African Biosciences Group (LSHTM), UMI 233 (IRD) et soutenue par la Fondation Leverhulme, en lien avec le Projet MEREAF.
Inscription préalable indispensable (nombre de places limité) auprès de : Noemi Tousignant : noemi.tousignant@gmail.com; Alice Desclaux : alice.desclaux@ird.fr, Ashley Ouvrier : ashleyouvrier@gmail.com

Posted in Actualités / News, Non classé | Leave a comment

Prochaine séance le 8 novembre: anthropologie des documents et de la bureaucratie hospitalière

La prochaine séance du séminaire Mémoires des sciences, traces du développement en Afrique aura lieu le jeudi 8 novembre à 13h.

Elizabeth Hull, School of Oriental and African Studies (SOAS), Londres, présentera son travail d’ethnographie de la “paperasse” dans un hôpital en Afrique du Sud:

Paperwork and the contradictions of accountability in a South African hospital

Le texte de la présentation, publié dans le Journal of the Royal Anthropological Institute (JRAI) est disponible sur demande à lachenal@univ-paris-diderot.fr

En espérant vous y retrouver

 

Posted in Actualités / News | Leave a comment

Reprise du séminaire le 11 octobre à 13h, Salle Person

Nous écouterons

Vinh-Kim Nguyen (Collège d’Etudes Mondiales & Université de Montréal)

Archéologie de l’utopie: débris de la modernité abidjanaise au temps du sida

Posted in Actualités / News | Leave a comment

Prochaine séance le 7 juin 2012

Nous aurons le plaisir de recevoir, pour une séance double:

Jean-Paul Lallemand (doctorant au CENA, EHESS) et Aurélien Gillier (doctorant au CENA, EHESS)
“Ce qui nous appartient”, mémoire et mobilisation politique autour des hôpitaux communautaires de Mound Bayou (Mississippi)

Ashley Ouvrier (post-doctorante à l’IRD, UMI 233)
De la raison humanitaire aux uniformes de l’IRD : recherche médicale et mémoire à Niakhar (Sénégal)

le jeudi 7 juin 2012,  de de 13h à 17h en salle Person,  Cemaf, 9 rue Malher 75004 Paris

 

Posted in Non classé | Leave a comment

Prochaine séance le 24 mai 2012

Nous écouterons Clément Verfaillie (doctorant au SEDET, Université Paris Diderot)
Les traces d’une disparition et la disparition des traces : le cas de l’architecture Saint-Louisienne du temps de l’esclavage

Rendez-vous à 13h en Salle Person, Cemaf, 9 rue Malher 75004 Paris.

Posted in Non classé | Leave a comment

Prochaine séance le 1er mars

Dans le cadre de la prochaine séance du séminaire consacrée à “La vie sociale des vestiges”, nous accueillons jeudi 1er mars Eric Jennings (University of Toronto) pour une intervention sur le thème
Vestiges en mutation. L’héritage thermalo-climatique français en Afrique, dans l’Océan Indien et en Asie: entre kitsch, nostalgie et utilité

En attendant de vous y retrouver!

Posted in Non classé | Leave a comment

Libre résumé commenté du texte d’Ann Stoler, par Guillaume Lachenal

Autour du texte d’Ann Stoler, “The Rot Remains”: From Ruins to Ruination[1], présenté au séminaire Mémoires des Sciences, Traces du Développement en Afrique. Ruines, archives, nostalgie, le 10 novembre 2011.

« Cette ruine colle au corps de façon absolument teigneuse. D’ailleurs, partir pour aller où ? Le monde est devenu la même loque partout. Vous en connaissez vous, des endroits qui aient conservé une poussière d’âme ?
Nous vivons une époque de stérilité, plantée dans un temps de carcasse, moisi et miteux. Nous sommes la vraie époque du pourrissement final. Où nous sommes, c’est vraiment le plat ventre du monde : ça fait comme un explosement d’impuissances. »

Sony Labou Tansi, La vie en arbre et en chars bonds, in Théâtre, vol. 2, Editions Lansman, 1995.

Le texte d’Ann Stoler emmène là où ne l’attend pas. Il annonce d’emblée qu’il ne s’intéresse pas à la méditation esthétique sur le spectacle des ruines – méditation avec lequel notre séminaire entretient un rapport ambivalent, mais à des ruines qui échappent au regard, qui n’en ont pas le nom. C’est un texte ensuite qui prend soin des mots – une autre façon de dire qu’il est difficile à lire, dont l’essentiel porte sur les manières de dire la ruine et les ruines en anglais (et même en anglais jamaïcain); c’est donc un texte dont il est difficile de maîtriser les effets de traductions au moment de le commenter en français.

Ensuite c’est un texte, et dans certains secteurs des sciences sociales et des sciences politiques en France, cela suffirait à le discréditer, c’est un texte qui « évoque » – dont l’argument se joue sur des glissements entre le métaphorique et la matériel, entre les images et les choses; mais ceci de manière assumée, parce que ce glissement (slippage) est constitutif de l’expérience politique des situations coloniales et post-coloniales, et de leur inscription, à la fois, dans le temps, dans la matière et l’esprit.

Le question dont part Ann Stoler est celle-ci : comment nommer ce qui reste du passé colonial ? Comment nommer ce que l’expérience impériale a laissé et continuer de laisser ? Comment nommer ce qui dans le passé colonial ne passe pas ? et comment nommer ce que les formations impériales contemporaines continuent de produire comme traces et comme débris ? Comment le faire sans choisir une solution confortable, celle d’une partie des études post-coloniales ou d’une critique politique facile, qui consiste à prendre pour acquis l’existence d’un « héritage colonial » ou d’un « leg colonial », dont il serait possible de faire l’inventaire et de solder les comptes ?

La difficulté, explique Ann Stoler, est que ce qu’il faut nommer, ce reste de l’Empire, n’est jamais donné de manière immédiate. Il faut d’abord renoncer à chercher ce reste uniquement sur les traces d’entités politiques délimitées dans le temps et l’espace (et  rassurantes pour cette raison, comme l’Empire victorien anglo-indien ou l’Empire ouest-africain de la IIIeme République française). Ce reste doit plutôt être cherché dans les contours de « formations impériales » – un terme moins statique et moins univoque que celui d’Empire, que Stoler définit comme « des entités et des devenirs politiques dont le cœur est la racialisation du gouvernement », dont les opérations et les effets, enjambent l’avant et l’après de la colonisation formelle, métropoles et colonies, le passé et le contemporain, et se déclinent en une palette de formes dégradées de souveraineté. Ensuite ces formations impériales fonctionnent justement en produisant une opacité entre leurs principes – libéraux, démocratiques, modernisateurs – et leur fonctionnement matériel – la dépossession  et la rélégation – et donc, explique Ann Stoler en reprenant Edouard Glissant, en dérobant au regard et à la critique le principe de domination.

Le projet d’Ann Stoler est de déplacer l’analyse, en s’éloignant de ce qui se voit et de ce qui est déjà-nommé, vers ce qui n’est pas explicite ou immédiat mais qui se touche et qui dure : vers les restes tangibles produit par les situations impériales, vers les traces matérielles, charnelles, psychiques, environnementales par lesquelles l’Empire devient tangible.

Ces traces, ces sédiments du temps impérial, Ann Stoler propose de les qualifier de ruines, en exploitant la polysémie du terme.

Les empires ont laissé des ruines – au sens le plus immédiat, des débris matériels, des monuments, des vestiges de béton et de pierre, de papier, de métal. Le texte suggère une anthropologie des ces ruines est possible, dont le débris serait le point de départ méthodologique (à la Nancy Hunt, A colonial lexicon), et la vie sociale des ruines le fil conducteur (les manières dont ces ruines sont habités, le bricolage par lesquelles elles sont appropriées). Cependant ce sens là du mot ruine et l’enquête anthropologique qu’il inspire n’est pas ce qui intéresse Ann Stoler dans ce texte. Les ruines, comme objets que l’on commente et que l’on consomme (par le tourisme), n’encombrent pas seulement la vie des gens qui composent avec, mais elle encombre aussi le regard – pour reprendre une analyse Nancy Hunt dans le même numéro de Cultural Anthropology. Les ruines occultent, elles coupent le son, et en fascinant, elles distraient l’attention du processus de dégradation et de relégation qui les a rendu ruines.

Ce qui intéresse Ann Stoler et les contributeurs de l’ouvrage c’est plutôt la ruine (ruination)/ le verbe ruiner en anglais (« to ruin ») : c’est à dire l’action de dégrader, de délabrer, de fracasser et d’effondrer – « un verbe virulent ». La ruine est le processus par lequel l‘Empire s’inscrit dans l’espace, dans le temps et dans les corps ; c’est en ruinant que l’Empire devient tangible, en séparant, en dépossédant, en déguerpissant, en polluant ; et c’est l’expérience de cette ruine qui reste collée au corps des vivants. La ruine, donc, en tant projet politique et non pas en tant que spectacle mélancolique. La ruine en tant que ce qui reste de l’Empire « quand les hommes sont partis » – le pourrissement (une pourriture qui n’en fini par de pourrir).

Le texte d’Ann Stoler introduit une deuxième qualification, cruciale pour sa thèse, des ruines/de la ruine comme ruines/ruine impériale(s). Tout en reconnaissant qu’il y a d’autres étiologies en jeu (capitaliste, dévelopementiste) dans la genèse des ruines, il faut prendre acte de la géographie des ruines, (ruination) et relever leur caractère racialisé. Un exemple qui illustre cette hypothèse, suggéré par le texte, est l’affaire Trafigura/Probo Koala, en Côte d’Ivoire (2005). Une manière de comprendre le déversement, dans un quartier d’Abidjan, de déchets toxiques, est de le décrire comme un phénomène produit par la globalisation néolibérale et la marchandisation des déchets ; ce serait manquer précisément, l’histoire qui a configuré la Côte d’Ivoire en tant que « réceptacle », la trajectoire impériale franco-africaine qui a fait des sous-quartiers d’Abidijan, un confin racialisé du monde « disponible » pour les déchets du Trafigura. C’est là une question (et un problème) posé par l’approche d’Ann Stoler – en quelle mesure est-ce juste et utile de nommer des ruines (néolibérales, post-fordistes, post-industrielles, post-modernistes etc…) en tant que ruines impériales ?

A ce propos, une remarque peut-être adressée à Ann Stoler, depuis le projet qui nous anime dans ce séminaire : les ruines les plus visibles de l’Afrique contemporaine (pensons à l’Institut d’Enseignement Médical de Kinshasa sur l’affiche du séminaire) sont certes des ruines impériales, mais aussi des ruines de la modernité, porteuses de la trace d’un projet fondamentalement ambivalent, car repris et approprié au nom du développement, de la nation ou de la « bonne vie » à venir, et d’un projet interrompu et ruiné par le tournant néolibéral des années 1990. Ce qui reste dans les fers tordus du béton, dans ce cas, n’est pas seulement une entreprise de dégradation organisée (que fut le colonialisme au Congo Belge), mais ainsi une promesse (ce que fut, au moins en partie, le projet de développement colonial et post-colonial).

La double proposition d’Ann Stoler ouvre une série d’enquêtes empiriques, annoncées par le texte et détaillées dans l’ouvrage collectif. Parmi les thèmes les plus originaux et les plus marquants (c’est une lecture subjectives), Stoler propose un chantier de recherche autour des biologies et écologies d’Empire, envisageant la dégradation environnementale et corporelle comme archive des situations postcoloniales et comme présence  incorporée ou naturalisée du passé impérial. Ici les études coloniales se tournent non seulement vers l’histoire de l’environnement, des sciences et de la médecine, mais aussi vers l’épidémiologie critique – qu’il s’agisse des « traces » de l’agent orange au Vietnam, ou (l’exemple n’est pas de Stoler) ou du Sida comme présence du passé racialisé de l’apartheid en Afrique du Sud (Fassin).

Pour finir, ce texte est encadré par un propos « virulent » sur la ruine comme projet politique aujourd’hui. Comment la vie au présent des zones de relégation, de destruction et d’abandon –Gaza, Mururoa, Clichy sous Bois, selon la géographie de Stoler – est-elle contrainte (pourrie) par le passé impérial, en même temps qu’elle l’actualise et le répète. Mais comment, aussi, l’expérience collective de la ruine est-elle porteuse de possibilités politiques – productrice d’affects, de contre-histoires, de techniques. En cela, ce qui est virulent ce n’est pas uniquement le verbe ruiner, c’est aussi l’usage analytique et politique que ce texte en fait – un usage virulent et courageux.

 


[1] Chapitre d’introduction à l’ouvrage à paraître, Imperial Debris: on Ruins and Ruination (Duke University Press). Une version préliminaire du texte d’Ann Stoler a été publiée : Ann L. Stoler, « Imperial Debris: Reflections on Ruins and Ruination », Cultural Anthropology, Volume 23. Issue 2. May 2008 (Pages 191 - 219)

 

Posted in Actualités / News, Textes | Tagged | Leave a comment

Prochaine séance le MARDI 6 décembre

de 14h à 17h, salle Person, Cemaf 9 rue Malher

Avec

Séverine Awenengo Dalberto (Cemaf)

et

Charles Piot (Duke University)

Posted in Actualités / News, Non classé | Leave a comment

Dernière minute – séance du 2 février annulée

La séance du 2 février, consacrée à l’intervention d’Ashley Ouvrier, est annulée et reportée à une date ultérieure.

Avec nos excuses – restez au chaud!

Guillaume Lachenal & Aissatou Mbodj

Posted in Actualités / News, Non classé | Leave a comment