Ebola et mémoire du passé de la médecine en Afrique. Mereaf dans la presse.

Des membres du projet MEREAF sont intervenus à plusieurs reprises dans la presse à propos de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest. Comment l’épidémie, la réponse humanitaire et surtout les réactions de défiance ou d’adhésion des populations portent-elles la trace du passé?

Lire à ce propos l’intervention de Guillaume Lachenal et Vinh Kim Nguyen dans le Monde.

Pour une réflexion plus étoffée dans le contexte de la zone frontalière Guinée-Libéria-Sierra Léone, lire sur le site de la revue d’anthropologie Limn.

Voire aussi pour un cadrage plus général sur la “santé globale”, l’intervention de Guillaume Lachenal dans Libération, traduite en anglais pour le blog Somatosphere.

Enfin, lire l’interview d’Alice Desclaux, par l’Agence de Presse Sénégalaise.

Politiques de la nostalgie – Politique Africaine n° 135

Le projet MEREAF présente ses résultats méthodologiques et théoriques dans le cadre d’une publication collective, fruit des travaux du séminaire Mémoire des sciences, traces du développement, organisé par SPHERE et le CEMAf (IMAf) entre 2011-12 et 2012-13.

Il s’agit d’un numéro spécial de la revue Politique Africaine, dirigé par Guillaume Lachenal et Aïssatou Mbodj-Pouye, qui est paru à l’automne 2014.

POLAF_135_L204

Politiques de la nostalgie. Présentation du Numéro 135 de la revue Politique Africaine.

L’Afrique serait-elle nostalgique ? Le passé est y souvent évoqué comme un temps des possibles. L’idée même de développement est devenue un objet de nostalgie, porteur de projections et d’anticipations désormais révolues. Que faire de propos qui sont difficiles à entendre, surtout quand ils expriment un regret du colonialisme ou des régimes autoritaires ?

Le Café Géopolitique de la FPAE vous invite à une présentation du numéro de Politique Africaine consacré aux Politiques de la nostalgie en Afrique. En parcourant les enquêtes réunies dans le numéro, entre histoire et anthropologie, il s’agit de discuter de la manière dont la nostalgie s’ancre matériellement dans des paysages, des bâtiments et des objets. Comment la nostalgie fait-elle du passé, et des futurs qu’il contient, une ressource critique, un réservoir de possibles en même temps qu’un champ de luttes politiques ?

Le numéro est disponible en ligne ici: https://www.cairn.info/revue-politique-africaine-2014-3.htm

L’introduction du numéro est en libre accès : https://www.cairn.info/revue-politique-africaine-2014-3-page-5.htm

Le numéro a fait l’objet de plusieurs présentations publiques, à Paris (http://mereaf.hypotheses.org/313), dans le journal de Radio France Internationale (http://www.rfi.fr/emission/20141220-guillaume-lachenal-nostalgie-est-une-facon-jouer-contrastes-thomas-sankara-burkina-faso/) et à Yaoundé le 21 et 22 mai 2015 en partenariat avec l’IRD, l’Université Yaoundé et la Fondation Paul Ango Ela (FPAE).

 

Guillaume Lachenal et Joseph Owona Ntsama (FPAE), présentation à l’IRD, le 22 mai 2015
Guillaume Lachenal et Joseph Owona Ntsama (FPAE), présentation à l’IRD, le 22 mai 2015

 

Publication MEREAF: lancement du numéro spécial “Politiques de la nostalgie” – revue Politique Africaine

A l’occasion de la sortie du dernier numéro de la revue Politique africaine, le Pitch Me, Bar-restaurant intelligent du 11e (6 rue de Vaucouleurs – 75011 Paris) invite les directeurs et les contributeurs au dossier intitulé « Les politiques de la nostalgie ».
Affiche A3-5
Au programme :
Les directeurs du dossier : Guillaume Lachenal, historien (Université Paris Diderot et Institut universitaire de France) et Aïssatou Mbodj-Pouye, anthrologue (CNRS, Institut des mondes africains) pour une présentation du dossier.

Johan Lagae, architecte et historien de l’architecture (Université de Gand) interviendra sur le thème d’Architecture et nostalgie pour la modernité. Que faire du patrimoine colonial ?


Suivi d’une intervention de Nancy Hunt, historienne (Institut d’Études Avancées de Paris – Université du Michigan) sur les Futurs passés au Congo. Peut-on rêver sous le joug colonial ?Avec la médiation de Sonia Rolley de RFI et la participation de Xavier Audrain directeur des éditions Karthala.

 
 
affiche-symposium-niakhar

Le cinquantenaire de Niakhar: quand MEREAF co-produit la mémoire

affiche-symposium-niakhar

L’équipe de MEREAF a participé à la préparation des commémorations
du cinquantenaire du site de recherche de Niakhar (1962-2014)
organisée par l’IRD et ses partenaires sénégalais, en apportant au
comité d’organisation des informations clé sur l’histoire de la
recherche et des chercheurs à Niakhar, les enjeux de la
commémoration, et les modes de mémorisation de cette recherche
(conservation, archives, publications).
L’équipe de MEREAF (Noemi Tousignant, Ashley Ouvrier, Anne-Marie
Moulin, Alice Desclaux, Mamadou Badji, Amadou Badji, Theophile
Awono) a présenté trois communications orales, trois communications
affichées, et une exposition photographique lors du symposium
scientifique organisé à Dakar (25-26 février 2014, Université Cheikh
Anta Diop de Dakar, 150 universitaires et acteurs institutionnels
sénégalais et internationaux de la recherche).
L’exposition photographique sur les enquêteurs et la “mémoire en
partage” (Ashley Ouvrier) a constitué un élément clé des activités
de divulgation scientifique auprès de la population du site de
Niakhar: elle a été exposée pendant 45 jours dans trois villages,
accompagnée de discussions avec les habitants.
L’équipe de recherche est engagée dans la co-édition d’un ouvrage
scientifique post-colloque qui rassemblera des analyses de la
recherche réalisée à Niakhar, et y contribuera par des chapitres
apportant un regard historique et anthropologique sur ce site de
recherche médicale (publication prévue fin 2014).

Pour en savoir plus sur le cinquantenaire, c’est ici.

Exposition photographique du projet MEREAF-Sénégal

Dans le cadre du cinquantenaire de Niakhar, l’anthropologue Ashley Ouvrier, post-doctorante dans le cadre du projet MEREAF, a réalisé une exposition photographique.

Entre enquête ethnographique et photographie, l’exposition s’intéresse aux traces affectives et matérielles qu’ont laissées cinq décennies de recherche scientifique dans les trajectoires de vies et les histoires familiales des habitants de ce territoire. Loin des colloques internationaux et des querelles scientifiques, sur place,on se remémore la recherche au travers de rencontres et de services rendus sur le terrain. La science est progressivement devenue une affaire quotidienne et transgénérationelle. Les souvenirs s’inscrivent dans les corps de ceux qui portent les prénoms et noms des figures scientifiques de passage. Les habitants de la région qui ont pu être soignés ou embauchés par un projet, deviennent les étendards d’une science dont on souhaite qu’elle prenne soin autant qu’elle expérimente. La mémoire apparaît alors comme le marqueur d’un moment de partage où les statuts d’enquêteurs et d’enquêtés disparaissent pour laisser place à la subjectivité de chacun.Personnages de l’ombre d’une recherche scientifique qui se lit à l’international, les habitants et les enquêteurs de la zone de Niakhar sont ici mis au premier plan. L’esthétique de ces portraits s’oppose aux instantanés exotisants et misérabilistes qui dépeignent souvent l’Afrique rurale. Les histoires singulières de ces hommes et de ces femmes nous invitent à porter un autre regard sur la recherche en Afrique.

Pour en savoir plus sur l’exposition sur le site de l’IRD.

L’exposition à télécharger ici.

Pour en savoir sur Ashley Ouvrier, sa page personnelle.

Prochaine et dernière séance: jeudi 20 juin

Bonjour à toutes et tous,

Nous vous invitons à la dernière séance du séminaire “Mémoires des sciences, traces du développement” le jeudi 20 juin de 13h à 15h au CEMAf, 9 rue Malher, en salle 309, au 3e étage – pour les habitués : attention au changement de salle.

Nous aurons le plaisir d’écouter Stephan Miescher de l’Université de Californie, Santa Barbara, qui présentera un exposé intitulé : “The Akosombo Dam and the “Dream” of Development in Ghana”.

Vous trouverez ci-dessous une présentation de son intervention et quelques indications sur ses travaux, et ci-joint un texte récemment publié et un autre à paraître sur ce sujet.

En espérant vous y retrouver,

Guillaume et Aïssatou

 

—————————–

“The Akosombo Dam and the “Dream” of Development in Ghana”

This paper explores the elaborate dream imagery in relation to the Volta River Project and the hydroelectric Akosombo Dam, Ghana’s largest development project. In the 1950s, the country’s founding leader Kwame Nkrumah spoke in terms of a dream that would transform and modernize the soon-to-be independent nation, when promoting the Volta River Project towards the Ghanaian public and potential international sponsors. In the early 1960s, as the Akosombo Dam and the VALCO aluminum smelter, the project’s main beneficiary, were being constructed, domestic and foreign observers complimented Nkrumah for fulfilling his dream. In the aftermath of Nkrumah’s fall, despite a barrage of critiques about his regime, modernization associated with Akosombo did not lose its luster. Neither broken promises such as the absence of rapid electrification, nor the droughts, which caused rolling black-outs and blemished Akosombo’s reputation as a reliable source of power, eliminated this dream of modernization. By 2011, during the 50th anniversary celebration of the Volta River Authority, the state agency that built and operated Akosombo, Nkrumah’s dream was again evoked. VRA Board President Akilagpa Sawyerr, once a harsh critic of the Master Agreement between Ghana and VALCO, reminded his audience of the founding dream. The paper, based on extensive archival and oral research, seeks to investigate the contexts, meanings, and legacies of Akosombo’s dream imagery over the last sixty years as an entry into reconstructing the history of development in Ghana.

 

Stephan Miescher est historien (University of California, Santa Barbara), spécialiste du Ghana. Il a largement contribué au renouvellement des approches du genre et des masculinités en Afrique (Making Men in Ghana, Indiana UP, 2005 ; Men and Masculinities in Modern Africa, codirigé avec Lisa Lindsay, Heinemann, 2003). Il a également proposé des réflexions originales sur l’usage des récits de vie et des archives personnelles pour l’histoire africaine (African Words, African Voices: Critical Practices in Oral History, codirigé avec Luise White et David William Cohen, Indiana UP, 2001). Son travail actuel porte sur le barrage d’Akosombo, projet de développement phare du Ghana postcolonial, lancé par Nkrumah en 1966, dont l’histoire permet d’explorer, entre autres, la question des promesses de la modernité.

Prochaine séance le 30 mai

La prochaine séance du séminaire Mémoires des sciences, traces du développement en Afrique aura lieu le jeudi 30 mai à 13h, au Cemaf, Salle Person.

Nancy Rose Hunt, professeure d’histoire à l’University of Michigan (Ann Arbor)

Espace, temporalité, et rêverie: Méthode historique et histoire médicale au Congo belge

Nous ferons circuler un texte lié à son intervention (n’hésitez à me le demander par mail: lachenal@univ-paris-diderot.fr).

Nancy Rose Hunt travaille à la croisée de l’histoire et de l’anthropologie. Ses recherches portent sur l’histoire du genre, de la médecine et du colonialisme en Afrique centrale. Elle a développé une approche théorique et empirique très originale, centrée sur les objets matériels, la culture visuelle et le corps.  Son livre A Colonial Lexicon: Of Birth Work, Medicalization, and Mobility (Duke University Press, 1999), a reçu le Herskovits Book Prize en 2000.  Pour en savoir plus.

En espérant vous y retrouver,

Guillaume & Aissatou

Prochaine séance le 11 avril

La prochaine séance du séminaire Mémoires des sciences, traces du développement en Afrique aura lieu le jeudi 11 avril à 13h, au Cemaf, Salle Person.

 Céline Pessis, Centre Alexandre Koyré (EHESS) présentera ses recherches sur la modernisation agricole et ses traces en Afrique de l’Ouest.

La machine au secours de l’Empire colonial ? La mécanisation de l’agriculture et ses « détracteurs » en Afrique tropicale française

En espérant vous y retrouver,

Guillaume & Aissatou

Prochaine séance le 7 février

Bonjour à tous et à toutes,

La prochaine séance du séminaire Mémoires des sciences, traces du développement en Afrique aura lieu le jeudi 7 février de 13h à 15h, au Cemaf, Salle Person.
Nous écouterons:

Nicolas Argenti (Brunel University): Crisis and famine in Greece: sovereign debt, political violence and social memory in Chios

La présentation aura lieu en français.

Nicolas Argenti est anthropologue. Ses recherches portent sur les questions des rapports entre mémoire, corps et violence. Il a notamment publié en 2007 un travail ethnographique sur la danse et les mascarades comme forme de mémoire sociale dans les Grassfields camerounais, The Intestines of the State: Youth, Violence and Belated Histories in the Cameroon Grassfields (University of Chicago Press, 2007). Il a aussi co-dirigé avec Katharina Schramm l’ouvrage Remembering Violence: Anthropological Perspectives on Intergenerational Transmission (Berghahn, 2010). Sa présentation portera sur son nouveau projet sur la mémoire du massacre de l’île de Chios.

En espérant vous voir à cette occasion,

Guillaume Lachenal & Aissatou Mbodj-Pouye

Pornographie des ruines à Kinshasa

A suivre sur le blog Somatosphere. Science, medicine, anthropology.

Un petit texte qui retrace l’histoire de la photo qui a servi d’affiche au séminaire, la ruine de l’Institut d’Enseignement Médical de Kinshasa.

Dans le cadre d’une série éditée par l’équipe du projet MEREAF “Archeologies of past futures, or fieldwork by fragments”.

A voir et à faire circuler

Guillaume Lachenal

Prochaine séance le 17 janvier

Bonjour à tous et à toutes,

La prochaine séance du séminaire Mémoires des sciences, traces du développement en Afrique aura lieu le jeudi 17 janvier de 13h à 17h, au Cemaf, Salle Person.
Nous écouterons successivement:

Gabrielle Hecht (University of Michigan, professeure invitée à Sciences Po): Les déchets contre-attaquent: ruines invisibles et excès radioactifs en Afrique

Et

Jean Schmitz (Centre d’Etudes Africaines, IRD-EHESS): Autobiographie de la vallée du fleuve Sénégal : du “laboratoire du développement” à l’exclusion foncière des groupes subordonnés

En espérant vous y retrouver,

Guillaume Lachenal & Aissatou Mbodj-Pouye

Journée scientifique liée au projet MEREAF – 5 décembre – Dakar

La recherche au service du projet national ?
Histoire des sciences et de la santé au Sénégal et en Afrique, années 1960‐1970
Mercredi 5 décembre, Campus UCAD‐IRD de Hann, Dakar, Sénégal

Quels furent les rapports entre la recherche scientifique et le projet national –celui de construire un avenir collectif et souverain calqué sur l’unité sociale, politique et territoriale de la Nation— dans les décennies suivant les indépendances en Afrique ? Les années 1960 et 1970 évoquent souvent une relation intime entre science, État et développement national. Mais quelles ont été les modalités précises sous‐tendant la construction de cette relation ? Y a‐t‐il eu des débats et incertitudes concernant l’organisation, les méthodes et les objectifs scientifiques d’une recherche au service du
projet national ? La notion de territoire, de gouvernement et d’avenir ‘national’ fut‐elle parfois ambigüe, démultipliée ou contradictoire au sein de débats sur les pratiques et politiques de la recherche ? Voici les questions que nous nous proposons d’explorer et de discuter au sein de cet atelier, dont l’objectif est d’élaborer une vision historique plus précise et détaillée de l’histoire des sciences pendant cette période ainsi que d’ouvrir le débat sur les enjeux sociaux et politiques des savoirs et de leur construction en Afrique.
Organisation de la journée
9h30 Ouverture de la journée d’étude
10h00 Session I. De Niakhar à la nation
11h30 Pause
12h00 Session II. Passés et avenirs de la recherche en santé
13h30 Déjeuner
15h00 Session III. Le national, l’africanisation et la collaboration
16h30 Table‐ronde de clôture.

Avec des contributions de : Mamadou Badji, Charles Becker, Anne‐Marie Moulin, Samba Cor Sarr, Guillaume Lachenal, Jean‐Marie Milleliri, Branwyn Poleykett, (liste non exhaustive)
Journée organisée par Anthropologies of African Biosciences Group (LSHTM), UMI 233 (IRD) et soutenue par la Fondation Leverhulme, en lien avec le Projet MEREAF.
Inscription préalable indispensable (nombre de places limité) auprès de : Noemi Tousignant : noemi.tousignant@gmail.com; Alice Desclaux : alice.desclaux@ird.fr, Ashley Ouvrier : ashleyouvrier@gmail.com

Prochaine séance le 8 novembre: anthropologie des documents et de la bureaucratie hospitalière

La prochaine séance du séminaire Mémoires des sciences, traces du développement en Afrique aura lieu le jeudi 8 novembre à 13h.

Elizabeth Hull, School of Oriental and African Studies (SOAS), Londres, présentera son travail d’ethnographie de la “paperasse” dans un hôpital en Afrique du Sud:

Paperwork and the contradictions of accountability in a South African hospital

Le texte de la présentation, publié dans le Journal of the Royal Anthropological Institute (JRAI) est disponible sur demande à lachenal@univ-paris-diderot.fr

En espérant vous y retrouver