Exposition photographique du projet MEREAF-Sénégal

Dans le cadre du cinquantenaire de Niakhar, l’anthropologue Ashley Ouvrier, post-doctorante dans le cadre du projet MEREAF, a réalisé une exposition photographique.

Entre enquête ethnographique et photographie, l’exposition s’intéresse aux traces affectives et matérielles qu’ont laissées cinq décennies de recherche scientifique dans les trajectoires de vies et les histoires familiales des habitants de ce territoire. Loin des colloques internationaux et des querelles scientifiques, sur place,on se remémore la recherche au travers de rencontres et de services rendus sur le terrain. La science est progressivement devenue une affaire quotidienne et transgénérationelle. Les souvenirs s’inscrivent dans les corps de ceux qui portent les prénoms et noms des figures scientifiques de passage. Les habitants de la région qui ont pu être soignés ou embauchés par un projet, deviennent les étendards d’une science dont on souhaite qu’elle prenne soin autant qu’elle expérimente. La mémoire apparaît alors comme le marqueur d’un moment de partage où les statuts d’enquêteurs et d’enquêtés disparaissent pour laisser place à la subjectivité de chacun.Personnages de l’ombre d’une recherche scientifique qui se lit à l’international, les habitants et les enquêteurs de la zone de Niakhar sont ici mis au premier plan. L’esthétique de ces portraits s’oppose aux instantanés exotisants et misérabilistes qui dépeignent souvent l’Afrique rurale. Les histoires singulières de ces hommes et de ces femmes nous invitent à porter un autre regard sur la recherche en Afrique.

Pour en savoir plus sur l’exposition sur le site de l’IRD.

L’exposition à télécharger ici.

Pour en savoir sur Ashley Ouvrier, sa page personnelle.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *