Le séminaire

Séminaire commun  (SPHERE-CEMAf)

Mémoires des sciences, traces du développement en Afrique. Archives, ruines, nostalgie.

AfficheSeminaire2012RedAfficheSeminaireCut

Un jeudi par mois, 13h-15h (ou 13h-17h si séance double), CEMAf, 9 rue Malher 75004 Paris, Salle Person

Le paysage des sciences, de la médecine et du développement en Afrique a été profondément bouleversé au cours des quinze dernières années. Politiques néolibérales, conflits et crises ont littéralement ruiné les institutions publiques héritées de l’Etat dévelopmentiste colonial et post-colonial, alors que de nouveaux acteurs et de nouvelles dynamiques – l’essor de la big philanthropy, l’ONGisation croissante de la recherche et de l’intervention – amorcent, ou en tout cas mettent un scène, une « renaissance » qui prend souvent les traits d’une privatisation.
Dans ce contexte, le passé colonial et post-colonial des sciences fait l’objet en Afrique d’investissements affectifs complexes, où s’expriment et se confondent souvenirs du colonialisme, critique du présent néolibéral et nostalgie pour le projet même de développement. Monuments, bâtiments ruinés ou rénovés, archives, vieilles machines et « anciens » témoignent d’un passé où l’Etat et la science projetaient un futur et promouvaient des formes spécifiques d’appartenance, de participation et de citoyenneté. Des stations expérimentales, des « projets-pilote » et des laboratoires actualisent et prolongent, comme des enclaves ou des vestiges, une histoire de collaborations et d’interventions transnationales qui ont façonné des lieux, des communautés et des subjectivités.
Ce séminaire s’intéresse à la manière dont les traces du passé sont commémorées, effacées ou appropriées au sein des institutions scientifiques, des populations et des paysages africains. Il réunit anthropologues et historiens des sciences, autour d’une série de lectures, d’études de cas et d’explorations thématiques sur la présence matérielle et affective du passé des sciences et du développement en Afrique.

Programme 2012-2013

Jeudi 11 octobre           

Guillaume Lachenal (Université Paris Diderot & IUF) : Introduction

Vinh-Kim Nguyen (Collège d’Etudes Mondiales & Université de Montréal): Archéologie de l’utopie: débris de la modernité abidjanaise au temps du sida

Jeudi 8 novembre

Elizabeth Hull (SOAS): Paperwork and the contradictions of accountability in a South African hospital

Jeudi 17 janvier

Jean Schmitz (Centre d’Etudes Africaines, IRD-EHESS): Autobiographie de la vallée du fleuve Sénégal : du « laboratoire du développement » à l’exclusion foncière des groupes subordonnés

Gabrielle Hecht (University of Michigan, professeure invitée à Sciences Po): Les déchets contre-attaquent: ruines invisibles et excès radioactifs en Afrique

Jeudi 7 février 

Nicolas Argenti (Brunel University): Crisis and famine in Greece: sovereign debt, political violence and social memory in Chios

Jeudi 11 avril

Céline Pessis (Centre Alexandre Koyré, EHESS): Enterrer les tracteurs au Sénégal. Masquer, dénoncer et mobiliser les échecs de la mécanisation agricole.

Jeudi 30 mai

Nancy Hunt (University of Michigan): Espace, temporalité, et rêverie: Méthode historique et histoire médicale au Congo belge

 

Jeudi 20 juin

Stephan Miescher (University of California, Santa Barbara): The Akosombo Dam and the ‘Dream’ of Development in Ghana

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *