Site Cameroun (Ayos)

La médecine et la recherche médicale camerounaises ont une histoire, qui va de l’épisode colonial à la mondialisation néo-libérale, en passant par le moment du « développement national » dans les décennies d’après l’indépendance. Comment les institutions camerounaises portent-elles aujourd’hui la trace de ces différentes strates d’histoire? Comment le passé continue-t-il d’être présent au quotidien, à travers les souvenirs parfois nostalgiques des populations et des personnels médicaux, comme à travers des attitudes plus critiques, voire défiantes envers les chercheurs et les professionnels de santé ? Pourquoi cette mémoire vivante mérite-elle d’être prise en compte dans les politiques de santé, de développement et de recherche ?

Ces questions sont au cœur du projet MEREAF-CAM, qui étudie les traces et les lieux de mémoire de la médecine au Cameroun. Ce projet, entre histoire, anthropologie et archéologie du contemporain, vise à comprendre comment les traces du passé de la médecine et de la recherche médicale sont commémorées, effacées ou appropriées au sein des institutions, des populations et des paysages camerounais. Il se concentre sur le site d’Ayos, l’ancien haut-lieu de la médecine coloniale française, qui reste l’un des centres névralgiques du système de santé camerounais.

Monuments, ruines, souvenirs : les traces du passé médical à Ayos

Pour lancer ce projet financé par l’ANR en France et l’ESRC au Royaume Uni, une équipe internationale a effectué une première mission au Cameroun, à Ayos en particulier, du 5 au 31 mars 2012, avec le soutien de l’IRD-Cameroun. L’équipe a réuni Joseph Owona Ntsama, chercheur à la Fondation Paul Ango Ela pour la Géopolitique en Afrique Centrale, Guillaume Lachenal, historien des sciences de l’Université Paris Diderot, John Manton, historien spécialiste de la lèpre en Afrique, de la London School of Hygiene and Tropical Medicine à Londres, accompagné de Valentin Angoni, chauffeur à l’IRD. L’équipe a été accueillie à l’Hopital de District d’Ayos par le médecin-chef Dr Amougou et guidée à Ayos et ses environs par Ze Bekolo Daniel, ancien contrôleur Lèpre et Tuberculose dans le département du Nyong et Mfoumou.

L’histoire du site d’Ayos est bien connue : héritées des médecins coloniaux allemands, les installations sanitaires d’Ayos sont devenues dans les années 1920 la base logistique et scientifique du programme de lutte contre la maladie du sommeil conduit par le Dr Jamot, puis un centre de formation médicale (auxiliaires de santé, aides-soignants, infirmiers), qui jouera un rôle crucial dans la formation des premières générations de médecins camerounais. Ayos est resté jusqu’aujourd’hui l’un des pivots de la formation des professionnels de santé camerounais. Le passé d’Ayos évoque ainsi des moments de gloire et d’espoir, mais aussi des moments de crise et de délabrement. Plus que l’histoire elle-même, ce qui a intéressé l’équipe est la manière dont ce passé fait l’objet de récits, de souvenirs et de commémorations – comment, en bref, Ayos est devenu un « lieu de mémoire », c’est à dire un espace matériel et imaginaire investi par des acteurs qui construisent et utilisent le passé du site.

Anciens réactifs de laboratoire conservés au « dispensaire Jamot » (Centre de Santé Intégré du District d’Ayos), © John Manton 2012, Projet MEREAF

La forme la plus évidente de « présence du passé » à Ayos est le paysage lui-même, que l’équipe a cartographié et photographié : ce paysage, constellé de monuments et de bâtiments ruinés ou réhabilités fait l’attrait touristique du site ; il est tout entier marqué par la fonction sanitaire d’Ayos. En visitant le site avec des informateurs et personnalités locaux, l’équipe a constitué une base de données pour rendre intelligible ce paysage (toponymies, datations, souvenirs associés) y compris concernant les constructions disparues ou les objets abandonnés. L’histoire architecturale et paysagère du site constitue ainsi un nouveau type d’archive.

Les Jamotains dans la ville d’Ayos

Le second point important à retenir de ce repérage est que la mémoire d’Ayos doit se comprendre à l’échelle de la ville, dont l’existence même est due à l’essor du centre médical. Ayos est un site cosmopolite ; la ville a par exemple, chose rare, un quartier dit « Togolais », où l’on compte de nombreux descendants d’un infirmier togolais, Charles Kaledje, amené à Ayos par le Dr Jamot lui-même pour ne jamais en partir. La stature sociale prise par les premiers infirmiers formés autour de Jamot – les « Jamotains » –leur a donné une importance considérable dans la formation de la ville. Une large partie d’Ayos, au sens démographique et foncier, est encore aujourd’hui directement liée au destin et au succès économique et matrimonial de quelques infirmiers « Jamotains », parfois (mais pas toujours) originaires des environs. Les patronymes en témoignent de manière évidente – les « Jamot » se mêlent aux « Akamba » (du nom d’un Jamotain) ou aux « Kaledje ». Les descendants des Jamotains portent activement cette mémoire, en conservant photos et souvenirs, et continuent de faire vivre les marques du passé médical d’Ayos dans la géographie même de la ville.

Entrepreneurs de mémoire

L’équipe s’est aussi intéressée à d’autres acteurs et initiatives associées à la « mise en mémoire » d’Ayos. L’importance de la figure du Dr Jamot dans le corps professionnel des médecins militaires français (coloniaux puis coopérants) a suscité à Ayos de nombreuses commémorations aux allures de pèlerinage. La Coopération Française a ainsi, à la fin des années 1990, réhabilité l’ancienne maison construite par Jamot sur la colline qui domine la ville. La « Case Jamot » est depuis un passage obligé de toute visite du site. Plus inattendu, le site d’Ayos est lié de longue date avec la région natale de Jamot, la Creuse, où une association, le Comité Jamot, a multiplié les initiatives autour de la mémoire du médecin. Ces initiatives ont été relayées à Ayos par des acteurs locaux, véritables « courtiers en souvenirs », experts historiens et guides improvisés à l’occasion des visites. Nous souhaitons dans ce projet comprendre les dynamiques sociales, politiques et affectives à l’œuvre dans un tel travail transnational de mémoire.

Soins, enseignement et recherche à l’hôpital d’Ayos, entre passé, présent et futur

Enfin notre travail passe par une interrogation sur la transformation spectaculaire de l’hôpital lui-même. L’hôpital de district d’Ayos, dont les bâtiments étaient directement hérités de l’époque coloniale, a connu à partir de 2006 une réhabilitation de grande ampleur, financée par la Banque Africaine de Développement, qui a bouleversé l’allure du site. Certains bâtiments anciens, les plus emblématiques du souvenir de Jamot, ont été ménagés ; d’autres, souvent aussi importants dans la mémoire locale, ont été détruits, ce qui n’a pas manqué de susciter indignations et contestations. Les bâtiments disparus sont devenus une métaphore pour désigner une autre perte : celle d’une médecine accessible et gratuite, que le « nouvel hôpital », trop cher pour de nombreux  malades et encore insuffisamment  doté en personnel, fait regretter amèrement chaque jour. Cette transformation, controversée donc, résume à elle seule l’enjeu de notre projet : elle montre comment la vie d’un site médical fait l’objet d’investissements affectifs et politiques forts, qui font du passé une ressource pour comprendre et critiquer le présent.

Notre mission a permis de comprendre que l’évocation du passé d’Ayos est aussi une mémoire des « futurs » du site, c’est à dire des projets qui ont été esquissés et laissés en plan, au sens propre comme au sens figuré. Cet aspect concerne notamment le rayonnement d’Ayos en tant que site de recherche. A l’époque de la mission Jamot, le site était non seulement une infrastructure de soins et de formation, mais aussi un centre d’expérimentation (qu’il s’agisse de protocoles de traitement ou de stratégies de santé publique) reconnu et influent bien au delà des frontières du Cameroun. Ce statut scientifique et international d’Ayos a été perdu depuis. Ou plutôt, il est resté à l’horizon, en attente, comme un futur possible et comme un âge d’or à retrouver, par exemple à travers des projets pour établir un Centre Hospitalier Universitaire à Ayos, qui récupèrerait ainsi sa triple fonction de soin, d’enseignement et de recherche. De même Ayos semble aujourd’hui renouer avec son passé international par le biais paradoxal d’une nouvelle crise sanitaire, l’ulcère du Buruli, qui remet Ayos (un foyer endémique très actif) sur la carte mondiale de la recherche en médecine tropicale. Notre projet s’intéresse particulièrement à cette histoire internationale d’Ayos, et à ses séquences de renouveau, d’espoir et de retrait.

Perspectives : comparaisons internationales et restitution

Le projet MEREAF-CAM se poursuit jusqu’en 2014. Il s’inscrit dans une recherche comparative avec deux autres haut-lieux de l’histoire médicale et scientifique de l’Afrique : la station de recherche de Niakhar au Sénégal et la station d’Amani-Muheza en Tanzanie. La suite du projet, en collaboration avec l’Université d’Amsterdam, la London School of Hygiene and Tropical Medicine et l’IRD (UMI 233), sera consacré à ces comparaisons et à un approfondissement, sur le site d’Ayos, des pistes de recherches ci dessus. Un travail collaboratif et participatif est prévu, dès l’année prochaine, pour échanger avec les personnalités et les communautés d’Ayos autour des photos, des cartes et des objets documentés dans le cadre de notre projet – une manière à la fois de restituer notre travail et d’expérimenter de nouvelles manières de faire de l’histoire et de l’anthropologie de la médecine.

Pour en savoir plus

Contacts :

Coordinateur Cameroun : Joseph Owona Ntsama, Fondation Paul Ango Ela de géopolitique en Afrique Centrale, BP. 164 Yaoundé-Cameroun
owonantsama@hotmail.com

Coordinateur France : Guillaume Lachenal, Université Paris Diderot & IUF, lachenal@univ-paris-diderot.fr

3 réflexions au sujet de « Site Cameroun (Ayos) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *